Creative Characters S2 E10 : Sarah Boris – Le pouvoir de se définir en tant que créatif.

Sarah Boris Header
Il y a un pouvoir absolu à se définir, et je pense qu’on ne devrait pas s’en priver.

Sarah Boris.

Dans Creative Characters, nous rencontrons des personnes créatives qui œuvrent à mi-chemin entre la typographie et la vie courante. Vous pouvez écouter l’épisode ci-dessous ou sur Apple, Spotify, Google Podcasts, et partout où des podcasts de qualité sont disponibles.

Aujourd’hui, nous accueillons Sarah Boris, une artiste et designer basée à Londres qui dirige son propre studio de création. La créativité semble faire partie de son ADN. Marie Boulanger, brand designer chez Monotype, parle avec Sarah de son expérience dans le domaine des arts.

Sarah a travaillé pour certaines des institutions artistiques et des éditeurs les plus renommés du monde en tant que designer et directrice artistique, avant de créer son propre atelier : un studio d’art et de design. De la refonte de l’identité visuelle de l’ICA à la création de bancs sculpturaux pour des commandes d’art public, la pratique de Sarah s’étend de l’auto-édition de livres à la création de lieux artistiques. Elle a également été présidente du jury pour les D&AD Awards et son travail a été acquis par la collection du Stedelijk Museum à Amsterdam.

Immersion dans les arts.

Il n’y a pas qu’un seul chemin pour devenir un artiste. Le parcours de Sarah a commencé en travaillant pour des institutions artistiques et éditoriales, telles que le Barbican Centre, le London Institute of Contemporary Arts et Phaidon Press. Parmi les clients de son studio, elle compte Tate, Christie’s, Thames & Hudson et The Photographers’ Gallery, pour n’en citer que quelques-uns.

Sa présence au Barbican lui a donné l’occasion, au-delà du travail, de se connecter à la scène culturelle londonienne, des expositions à la musique, en passant par le théâtre et le cinéma. Elle considère ces moments comme fondateurs, lui ayant permis d’approfondir son apprentissage des arts.

Aujourd’hui, Sarah dirige son propre atelier de création, où elle produit un large éventail d’œuvres d’art, des commandes d’art public ainsi que le design graphique d’expositions, de livres et d’identités visuelles. Pour connaître son parcours, écoutez le podcast.

Sarah Boris Global

La liberté de se définir et de se redéfinir.

La création de son studio d’art et de design l’a amenée à définir la portée de son travail et à changer le titre de son poste à mesure que sa pratique évoluait. En tant qu’artiste indépendante travaillant sur toute une série de projets, Sarah porte plusieurs casquettes : directrice de la création, designer, enseignante, éditrice, rédactrice, chef de projet. Elle a auto-publié des livres tels que Global Warming Anyone? qui fait partie de la collection d’art du New York Book Arts Center.

Les accidents de cuisine comme source d’inspiration.

Sarah trouve son inspiration dans de nombreux domaines, y compris dans la cuisine, qui contribue à sa pratique. Elle a été inspirée par le livre de cuisine du chef Massimo Bottura, Never Trust a Skinny Italian Chef, qui comporte une section intitulée « Oups! I Dropped the Lemon Tart ».

Massimo y décrit comment il a accidentellement cassé une tarte au citron, puis a décidé d’élaborer une recette autour de l’idée de la casser.

« Cela m’a vraiment inspirée, parce que je pense que nous rejetons parfois une grande partie de notre travail, parce qu’il semble cassé. Cela m’a fait revoir mon processus. J’ai vraiment été inspirée par tous ces différents domaines et tous ces créatifs, au-delà des arts visuels. »

L’amour vu à travers la typographie et les symboles.

L’amour est un thème récurrent dans les récents travaux de Sarah, que ce soit à travers la typographie ou les symboles. Elle a créé des caractères personnalisés pour les mots « amour » et « love », qui ont été déployés dans une installation spécifique à Saumur, fameuse région viticole en France.

« J’aime prendre un sujet ou un thème et l’explorer de plein de manières, de formes et de façons différentes. » Essayer de nouvelles couleurs et les lancer comme des œuvres d’art. Elle trouve la série Homage to the Square de Josef Albers très inspirante.

Ses travaux récents comprennent une sérigraphie au profit de l’UNICEF en Ukraine (épuisée) et une série de bancs en forme de cœur qui combinent ses intérêts pour l’art, la sculpture, le design et le design de produits.

Récemment, Sarah a également créé une édition artistique intitulée Clover, inspirée de la chanson At Last d’Etta James, dont les paroles sont : my heart was wrapped up in clover (mon cœur était enveloppé de trèfle). L’œuvre qu’elle a réalisée est à la fois un symbole d’amour et un porte-bonheur.

Sarah Boris Clover

Ces œuvres colorées font en quelque sorte contrepoids à certaines des œuvres plus politiques que Sarah crée. Elle souhaite créer plus de commandes d’art public et recherche de nouveaux partenariats. Si vous souhaitez commander une œuvre, contactez Sarah ici.

Merci de nous avoir suivis ! Pour en découvrir plus sur les travaux design de Sarah Boris, consultez son portfolio sur sarahboris.com ou visitez son compte Instagram pour voir ses derniers projets.

Listen to the episode: